L'atelier "montage floral spécial Noël" aura lieu de 10H à 12H à la salle de gym

Il était une fois un maraîcher qui décida de céder l’exploitation de ses terres et de sa serre à des habitants du quartier, amoureux de jardinage en commun, qui pourraient ainsi disposer de toute l’infrastructure nécessaire à la réalisation de leur passion, dans un environnement idéal.
Ainsi, naquit le Jardin en Commun des Trois Limites.
Depuis lors, une vingtaine de jardiniers se relayent chaque jour pour cultiver en commun tomates, courges, haricots, potirons, potimarrons, salades et autres légumes.
À la différence de beaucoup de jardins “communautaires”, où chacun reçoit une parcelle de terrain qu’il cultive à sa guise et

pour son seul profit, le Jardin en Commun des Trois Limites est cultivé “en commun” : chacun cultive pour tous. Les Jardiniers ont à cœur de respecter l’environnement et s’inspirent de toutes les normes bio.
Au fil des ans, le Jardin en Commun des Trois Limites s’est ouvert à d’autres activités : atelier tricot, atelier couture, atelier cuisine, fête de la musique, fête des enfants, marché de Noël, petits déjeuners, jeux de société, … démontrant, si besoin en était, qu’il atteint l’objectif de sa charte, à savoir : offrir à tous l’occasion de pratiquer une activité de groupe et renforcer le lien social, échanger les savoir-faire et promouvoir l’entraide et la convivialité.

BREVE HISTOIRE DU JARDIN

Au départ, quelques manifestations ont réuni des personnes du quartier :

  • Fête de la musique via le centre culturel d’Ans Alleur dont les bénéfices sont allés à une association « Views » s’occupant de mal- et non-voyants : la première fois, cette manifestation avait lieu dans le jardin d’une riveraine qui avait ouvert sa maison à tout qui était intéressé
  • Les riverains de la rue de la Limite ont signé une pétition afin de remplacer un poteau électrique qui menaçait de s’effondrer. L’initiative s’est soldée par le remplacement dudit poteau et les voisins avaient appris à se connaître et à s’apprécier.
  • Organisation d’un petit déjeuner réunissant des personnes du quartier.

Mu par des intérêts communs :

  • le respect de la nature et d’autrui
  • la convivialité, l’entraide
  • l’échange et le partage

ce noyau initial a eu comme projet de réaliser un jardin en commun bio auquel d’autres personnes de tous horizons mais ayant les mêmes préoccupations, se sont jointes. Ainsi associés, les différents membres ont laissé libre cours à leurs talents et leur créativité et commencé à faire la chasse au gaspi afin de sensibiliser le voisinage à la citoyenneté responsable.

  • au jardin : les bricoleurs ont construit
    • des jardins surélevés à l’aide de palettes récupérées,
    • des jardinières pour fraisiers dans des gouttières,
  • les voisins sont invités à apporter leurs déchets ménagers afin de réaliser un compost
  • on veille à la récupération : des bidons vides de détergent et autres qui serviront à collecter les purins d’orties et de consoude ; des bocaux pour l’atelier cuisine ;des sacs pour emporter les légumes…
  • un boulanger réalise des gaufres lors des festivités, un électricien s’occupe de l’installation électrique lors de ces manifestations, un membre féru d’informatique a créé le site jardinencommun.be , un professeur rédige les comptes-rendus d’ateliers donnés par un technicien maraîcher des services agricoles de la Province de Liège, spécialiste en agriculture biologique …
  • l’occasion est donnée aux Jardiniers d’éduquer les enfants dès le plus jeune âge au respect de la nature : grâce à des ateliers d’une vingtaine de minutes par semaine et par groupe, des membres de l’association vont bénévolement initier au jardinage les enfants de 2-3 ans de la crèche voisine. Il existe une demande récente de présenter l’expérience du jardin en commun auprès d’instituteurs en formation (préscolaire et primaire)
  • Une couturière du groupe a mis sur pied un atelier couture, les apprenties couturières ont pu reconditionner de la literie et confectionner des édredons pour les sans abris
Fermer le menu